En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant de vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt.
En savoir plus sur l'usage des cookies…   x Fermer
home Orsys digital > Article

Prêts à accueillir la génération Z ?


Prêts à accueillir la génération Z ?
Par la Rédaction ORSYS

Ils règnent en maîtres sur le monde du digital et s’apprêtent à entrer dans la vie active : voici les « Z » ! Mais qui sont ces jeunes, nés dans les années 2000, et qui seront nos futurs collègues (ou patrons !) ?

Ce sont des digital native

Alors qu’il nous a fallu plusieurs années pour intégrer la génération Y dans l’organisation, nous voici à l’heure d’accueillir la génération Z, des moins de 18 ans nés dans un monde où la technologie et le digital sont omniprésents. Bien que peu d’années les séparent, ils sont très différents.

Autrement appelés « centennials » – par opposition aux « millennials » ou génération Y, nés dans les années quatre-vingt-dix – ils ont baigné depuis toujours dans le monde des outils collaboratifs. Ce sont des « digital native » qui n’ont connu l’appareil photo que sous forme numérique, et l’accès internet qu’à haut débit, démocratisé lors de leur « jeunesse ».

Et, lorsqu’on les interroge sur l’avenir du papier, pour eux cela ne fait aucun doute : le papier est amené à disparaître. Exit les livres : dans son quotidien, un centennial sur deux privilégie le Web comme media. Exit aussi la carte postale, le SMS sera bien plus efficace ! En revanche, ces Z estiment que la télévision et la radio resteront telles qu’elles existent aujourd’hui.

Ils sont hyperconnectés

Même si plus d’un ado sur deux est équipé d’un ordinateur, ces centennials utilisent avant tout leur smartphone ; 80 % d’entre eux en possèdent un et reconnaissent y être accros. Malgré cette « hyperconnexion » déjà constatée, 46 % des Z pensent qu’ils pourraient, dans le futur, passer encore plus de temps sur internet.

D’ailleurs, certains les nomment également « génération C », comme connectés, communicants, ou collaboratifs. Tout simplement parce qu’ils gèrent leurs contacts de manière virtuelle – ils affichent en moyenne 200 amis en ligne – et alimentent les réseaux sociaux de façon totalement naturelle… Le téléphone fixe, lui, est délaissé. Ce sont par ailleurs de gros producteurs de contenus, qui donnent leur avis sur tout, et ont ainsi conscience depuis toujours de leur Personal Branding.

Ils suppriment le digital au profit de la sociabilité

Comment fonctionnent-ils au travail ? Pour la génération Z, l’entreprise est un univers fermé et froid, à l’opposé des réseaux sociaux. Ainsi, ils préfèrent les relations « transverses » à la verticalité de l’entreprise : ils ne cherchent pas à prendre la place du chef, mais plutôt à avoir de bonnes relations. Recherche de considération, travail dans un petit environnement (PME) où les liens y sont conviviaux, lieu de travail fixe avec horaires flexibles…

Les Z s’investissent à fond sous réserve que le travail leur offre de multiples sources d’épanouissement. Et partant du principe que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, lorsqu’on demande aux centennials ce qu’ils souhaitent faire plus tard, un sur trois indique qu’il aimerait diriger sa propre boîte.

La sociabilité contribue à leur quête de plaisir au travail. Bien que nés sous l’étoile des réseaux sociaux, 44 % des Z préfèrent se passer du digital dans leurs relations au travail afin de communiquer en face-à-face. En cela, leurs comportements se rapprochent plus de ceux de la génération X (36-50 ans) que ceux de la génération Y.

Ils veulent du digital performant

Les Z sont nés avec les nouvelles technologies et ne connaissent donc que les environnements privilégiant l’instantanéité. Ce sont, de ce fait, des impatients qui ne supportent pas d’être à court de batterie ou sans couverture réseau. Plus exigeants, ils souhaitent des temps d’affichage rapides, avec une navigation fluide…

Si le temps d’affichage d’une page Web moyen était de 8 secondes en 2000, il est désormais de moins de 2 secondes. Le challenge, pour les entreprises, est donc de mettre en place des sites responsive, moins gourmands, faciles d’accès.

Avec sa propre manière de concevoir son rapport au monde, les Z vont bientôt arriver en entreprise. Mais celle-ci est-elle prête à intégrer cette génération de l’instantané ?

*Synthèse d’études :
Lagardère Publicité, #GenZbyLP
http://www.millwardbrown.com/adreaction/genxyz/

Lire/relire aussi : Le Reverse Mentoring pour plus de confiance au travail
Voir aussi replay Webinar ORSYS : Personal Branding

Article précédent

Pourquoi la blockchain déchaîne les passions ?
Impression,Print FACEBOOK Présentation du centre de formation Orsys
 
triangle