En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant de vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt.
En savoir plus sur l'usage des cookies…   x Fermer
home Orsys digital > Article

La culture d’entreprise, clé de la stratégie digitale ?


article orsys
« Article s’appuyant sur un entretien avec Patrick Hereng*, fondateur de la société LiberatelT et spécialiste de la stratégie digitale. »
La transformation digitale fait partie intégrante de l’évolution sociétale et donc de l’évolution des entreprises. Révolution technique, sociale et générationnelle, les entreprises savent mettre en œuvre les principes de bases liés à ces révolutions. Mais ces investissements ne sont pas toujours suffisants, pourquoi ?

Les principes de la transformation digitale :

Aujourd’hui omniprésente et incontournable pour les entreprises, la transformation digitale est ancrée dans la nécessité de leur évolution :

  • le phénomène transversal : parce qu’elle touche tous les aspects d’une entreprise, la transformation digitale demande une implication de tous les services : du marketing à la comptabilité. Pour une mise en œuvre du travail collaboratif, au-delà des outils, les entreprises voient naître de nouveaux métiers comme les CDO (Chief Digital Officer).
  • l’innovation : maître mot de l’ère digitale, elle passe par un développement technique important et de nouvelles méthodes de travail au sein des entreprises. Investir dans une veille technologique et des outils en évolution permanente d’un côté, et dans un management Agile et horizontal plus que pyramidal de l’autre.
  • la sécurité : qui dit transformation digitale dit échange de données. La dématérialisation et les flux d’informations font partie de ce processus. Ils nécessitent d’être protégés et encadrés en termes de cybersécurité par les Risk Manager, entre autres.
  • l’utilisateur : la transformation digitale le place comme point de convergence des mutations à observer. C’est lui qui adoptera ou non un produit, un projet. Pour l’élaborer, il est donc indispensable pour les entreprises de s’approprier la culture numérique et ses outils.

La dichotomie de la digitalisation

Le plus gros aspect de la transformation digitale, ce sont les techniques et l’importance des nouvelles technologies. Elles génèrent une évolution permanente des outils et demandent des savoir-faire en constante progression.

Dans la transformation digitale, le monde se sépare en deux catégories : les techniciens et les non techniciens.

Les premiers conçoivent les outils du travail et/ou du quotidien pour qu’ils répondent toujours plus aux exigences et aux principes de la digitalisation : rapidité, anticipation, apprentissage, flexibilité. En veille constante, les développeurs sont les plus prompts à s’approprier les nouveautés et donc à innover. Leurs outils sont supposés générer de nouveaux usages correspondant à la stratégie digitale de la société.

Les seconds sont ceux qui utilisent ces mêmes outils. Mais dans la mesure où leur évolution est rapide et permanente, il s’agit pour les utilisateurs de s’adapter à ces outils plus que de travailler avec, faute de temps et d’anticipation.

En ne concevant pas des outils pour les utilisateurs mais avec le seul critère de répondre à la transformation digitale, les entreprises se voient confrontées à une nécessité d’accompagnement des salariés mais aussi à des difficultés d’utilisation qui lestent la productivité.

La culture digitale, par quoi doit-elle commencer ?

Malgré ces investissements importants et constants, certaines entreprises ne parviennent pas à transformer l’essai. La plupart des entreprises se contentent d’investir dans le développement technique ou de compter sur la génération Z. Mais le constat est là, la transformation digitale demande un réaménagement plus important de l’organisation et de la culture d’entreprise.

  • Les outils ne suffisent pas à changer les usages.
  • Les Millenials et le Reverse Mentoring ne suffisent pas non plus à insuffler de nouvelles compétences et une vision des choses qui correspondent à la transformation digitale.
La digitalisation d’une entreprise passe donc par deux autres aspects essentiels :
  • elle se construit par le fond : la culture d’entreprise. La direction doit porter de nouvelles valeurs qui permettent aux collaborateurs d’avoir une vision globale de la stratégie de l’entreprise et de la nécessité de leurs missions. Cela en impliquant les collaborateurs dès le départ : c’est mettre en place le travail collaboratif.
  • La formation : avec des outils en évolution permanente, un accompagnement constant est primordial pour que les collaborateurs prennent en main les différents aspects des outils et faire évoluer leurs compétences.
Patrick Hereng

DSI pendant près de vingt-cinq ans dont dix ans en tant que DSI du Groupe Total, il a piloté la stratégie des systèmes d’information et concentré les services partagés d’infrastructures dans une filiale. En juillet 2015, il a créé LiberateIT et est devenu Managing Partner de Sensing pour accompagner les entreprises dans la transformation digitale. Aujourd’hui, il gère diverses structures, est conseil auprès d’entreprises, anime des séminaires et s’investit dans le milieu associatif mondial.


Article précédent

« Digital : c’est aux dirigeants de se poser les questions ! »
Impression,Print FACEBOOK Présentation du centre de formation Orsys
 
triangle